Accueil du site
Coordination marée noire
imprimé le Lundi 25 Septembre 2017       



*
info Coordination marée noire vendredi 21 mars 2008


Un texte de présentation écrit par Idrissa Guiro sur son documentaire "Barcelone ou la mort"

sur Dailymotion

"Des milliers de Sénégalais risquent leur vie pour émigrer en Europe. Depuis janvier 2006, plus de 25 000 clandestins ont rejoint les îles espagnoles des Canaries en partant des côtes sénégalaises et mauritaniennes. 3 000 y ont laissé leur vie. Les mouvements de populations et les rapports Nord/Sud vont être au cœur d’enjeux planétaires cruciaux au 21ème siècle. Sans véritable connaissance des réalités locales, cette gestion des flux migratoires sera à long terme un échec pour le nord comme pour le sud. Il s’agit dans ce film documentaire, de s’intéresser avant tout à la jeunesse pour essayer de comprendre comment l’émigration est vécue depuis les pays du sud et quel rôle tient ce phénomène dans la construction du projet d’avenir de cette nouvelle génération ?

Dans le meilleur des cas, la traversée - 1 400 kilomètres au cœur de l’Atlantique - dure cinq jours et cinq nuits à braver la tempête, à une centaine sur une pirogue de 12 mètres. Dans le pire des cas, c’est la mort. A Thiaroye, tout le monde connaît les risques. Pourtant, les candidats sont toujours plus nombreux et les jeunes ne parlent plus que de Las Palmas de Canarias, première étape vers Madrid ou Barcelone. Des dizaines de Sénégalais meurent quotidiennement dans l’anonymat le plus complet des eaux de l’Atlantique. Ces destins, ces histoires sont intimement liés à l’histoire de ma famille et à ma propre vie entre l’Afrique et l’Europe. Entre Dakar et Paris. Mon grand-père est venu pour se battre en Europe pendant la seconde guerre mondiale ; mon père et plusieurs de mes oncles ont émigré en France dans les années 1970, une situation fréquente dans de nombreuses familles sénégalaises. L’immigration a toujours fait partie de la vie du pays mais son histoire a pris un tournant dramatique. Devenue clandestine, elle est passée pourtant d’une situation relativement isolée à un phénomène de masse qui prend chaque jour plus d’ampleur. La nouvelle génération est aujourd’hui prête à risquer la vie pour rejoindre l’Europe.

Lors du tournage du film, j’ai découvert un quartier de la banlieue de Dakar que je ne connaissais que de nom, l’un des plus pauvres, Thiaroye-sur-mer dont le nom pourrait sonner comme celui d’une petite ville pour retraités de la côte normande. Mais Thiaroye est tout autre chose. 50 % de la population de ce village de pêcheurs a moins de 20 ans. Cette jeunesse rêve de construire le futur de son pays. Mais de désillusion en désillusion, la construction de son avenir semble ne plus s’envisager que par la case Europe. La case Ailleurs. L’émigration en pirogue y touche aujourd’hui chaque famille. Tous les jeunes souhaitent partir. Les habitants vivaient autrefois de la pêche au thon, « l’or bleu » du Sénégal qui, depuis les années 1980 et grâce à des accords de pêche, est prélevé en grande majorité par la Communauté européenne. Ne pouvant plus vivre de leur pêche, beaucoup ont renoncé à une activité millénaire. Ils utilisent désormais leur propre pirogue pour tenter de rejoindre l’Europe. Cette situation absurde met en lumière l’incohérence des politiques européennes en matière de « partenariat » de développement et d’immigration. Au cœur de ces enjeux politique et financier se trouve une jeunesse coincée entre la tradition et la modernité, entre le rap et la pêche, l’adolescence et l’âge adulte. Une jeunesse un peu paumée mais bien déterminée à réussir. Un rêve commun habite tous ces jeunes : partir à n’importe quel prix. Un sentiment résumé par une phrase que l’on entend à Thiaroye à chaque coin de rue : « Barça ou Barzakh » en wolof, « Barcelone ou la mort ».

Dans certains quartiers, plus de deux cents jeunes sont déjà morts. N’y a-t-il plus aucun espoir en l’Afrique dans l’inconscient collectif de la jeunesse ? Aujourd’hui les jeunes Thiaroyois ont décidé d’abandonner la pêche et de quitter le pays. En confiant leur vie à des pirogues, s’inscrivent-ils dans une logique de suicide collectif, ou au contraire, le voyage représente-t-il un ultime acte de bravoure et une démonstration de leur rage de vivre ? On entend fréquemment dire en France que l’Europe est un eldorado illusoire et que la vie est encore plus dure pour les immigrés, une fois arrivés en Occident. Mais qu’un éboueur en France donne à sa famille, par ses sacrifices, souvent plus d’argent qu’un professeur ou un ingénieur resté au pays. Chaque année, les Sénégalais de l’extérieur envoient des millions d’euros à leur famille. En Afrique, les fonds envoyés par les travailleurs émigrés, clandestins ou non, sont d’un apport inestimable. Selon les Nations Unies, entre 2000 et 2003, près de 17 milliards de dollars ont été rapatriés en Afrique par des travailleurs vivant à l’étranger. Cette somme est supérieure au montant que perçoit le continent au titre des investissements étrangers directs. Cet argent qui revient vers le sud continue d’alimenter le rêve occidental en créant des nouvelles vocations d’« aventuriers », comme on appelle les clandestins en Afrique francophone. Les familles de pêcheurs les plus pauvres n’encouragent même plus leur enfant à faire des études tant les débouchés sont économiquement faibles au Sénégal. Est-il plus rentable de « miser » sur un enfant qui arrive à rejoindre l’Europe pour être ouvrier agricole en Espagne ou vendeur à la sauvette au Trocadéro, ou de l’encourager à faire des études dans un pays où la pêche ne rapporte plus et où chôment de nombreux diplômés ?

Lors de plusieurs voyages effectués en Afrique noire au cours des dix dernières années, j’ai rencontré de nombreux clandestins aux destins improbables et aux histoires les plus folles. A Adis Abeba, Agadez, Lagos ou Dakar… des jeunes ont tout laissé pour « monter » en Europe. Le phénomène sénégalais n’est pas isolé. C’est toute la jeunesse africaine qui souhaite partir en Occident alors que les Etats tardent à s’organiser pour trouver des solutions à long terme. Sans perspective locale et sans moyen d’obtenir un visa par la voie légale, cette émigration ne peut qu’exploser dans les prochaines années. Cela apparaît inévitable car les jeunes sont désormais prêts à tout pour quitter un quotidien où chacun de leurs projets avorte en raison du chômage et de la précarité. Et lorsqu’on est prêt à mourir, ni l’océan ni les hélicoptères ne peuvent vous arrêter. Ce départ permet de se projeter dans l’avenir. Au-delà de l’aspect purement économique, il est parfois entrepris comme un véritable rite initiatique où l’on prend son envol pour devenir un homme. Dès lors que l’on est en Europe, même si l’on gagne très peu au regard des standards européens, on est souvent le principal soutien financier de la famille, on peut se marier, on devient quelqu’un."

Idrissa Guiro

Un film d’Idrissa Guiro
Montage : Thomas Lallier
Assistant réalisation : Pap Seck
mixage : jean-Marie Humbert
Etalonnage : Frederic Fleureau
Narration : Moussa sowié
Production : Valentine Bortot



Coordination marée noire : http://coordination-maree-noire.eu/